• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Connexion
Toronto dit adieu à ses tramways historiques
Publié le 12/01/2020

CultureCanada

Twitter Facebook 69 partages

Les derniers modèles de tramways datant de la fin des années 1970 vont être remplacés par des trains plus spacieux et modernes. La disparition de ce symbole de la métropole canadienne divise la population.

 

 
© WANGKUN JIA/123rf

La fin d'une époque. À Toronto, les derniers tramways historiques, les "Canadian Light Rail Vehicle (CLRV)" ont tiré leur révérence en fin d'année dernière, près de 50 ans après leur mise en service. Les dernières rames de ces trains à la couleur rouge cerise emblématique vont être progressivement remplacés par des tramways plus spacieux et modernes.

Pour justifier cette décision, Scott Haskill, responsable de la planification et de la stratégie à la Commission de Transports de Toronto (CTT) explique que ces trains "usés" et "inaccessibles" aux personnes en fauteuil roulant, étaient "arrivés à la fin de leur cycle de vie naturel".

"On avait besoin de tramways plus grands", poursuit M. Haskill. "Nos lignes sont extrêmement fréquentées et il nous fallait plus de capacité". Les autorités précisent qu'une grande majorité des anciennes rames a d'ores et déjà été remplacée par une nouvelle génération de tramways, construits par la société québécoise Bombardier.

Si le besoin de moderniser le réseau de transport de la ville canadienne semble essentiel, la décision de remplacer ces tramways historiques ne fait pas forcément l'unanimité chez les habitants "J'aime ces tramways parce qu'ils font partie de l'histoire de Toronto", explique Kenneth, 37 ans, usager régulier de ces anciennes rames.

"Je m'en fiche. Il y a tellement d'embouteillages dans la ville que les tramways sont très lents" lance quant à elle Bernadette Beaupré, 61 ans, qui dit passer une heure par jour dans les transports en commun et juge le réseau de tramways "absolument horrible".

Nouvelles rames, mêmes problèmes

Nouvelles rames, mêmes problèmes
© William Perugini /123rf

Les nouveaux tramways baptisés "Flexity Outlook" possède un design plus arrondi, emprunté aux modèles utilisés à Berlin et Bruxelles. Ils sont plus longs, plus larges et peuvent contenir plus de passagers.

Ces modèles, bien que plus récents, continuent de partager la même voirie que les voitures et les vélos, ce qui ne réglera pas les problèmes de circulation à Toronto et son agglomération, qui compte près de 6 millions d'habitants et ne dispose que de quatre lignes de métro.

Selon la CTT, la majorité des vieux tramways sera démantelée et recyclée. Certains seront conservés et ajoutés à sa flotte historique composée de modèles datant de 1923 et de 1951. D'autres seront exposés dans des musées spécialisés, comme l'Illinois Railway Museum près de Chicago.