• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Connexion
A Rio de Janeiro, les gangs imposent le couvre-feu dans les favelas
Publié le 26/03/2020

SociétéBrésil

Twitter Facebook 701 partages

Alors que le président brésilien Jair Bolsonaro rejette le confinement qui menace, selon lui, de ruiner le pays, ce sont les gangs qui prennent en main la population des favelas, en imposant le couvre-feu, c'est le monde à l'envers ! Aux États-Unis, même désinvolture au sujet du coronavirus pour Donald Trump qui souhaite lever le confinement pour Pâques, soit le 12 avril. Il estime qu'un trop long confinement pourrait provoquer des dépressions chez les Américains...

Au Brésil, la population ne peut guère compter sur son président pour lutter contre le coronavirus... En effet, Jair Bolsonaro ne croit pas plus au réchauffement climatique qu'au coronavirus : le président d'extrême droite minimise les risques liés à la pandémie de Covid-19 et dénonce les mesures prises dans plusieurs villes et Etats du Brésil. Alors qu'un tiers de l'Humanité est désormais placé en confinement depuis que l'Inde a rejoint le mouvement, le gouvernement brésilien espère rester à l'écart du mouvement, pour sauver son économie, visiblement plus importante à ses yeux que la vie de ses citoyens. " Le groupe à risques, c'est celui des personnes de plus de 60 ans. Alors pourquoi fermer les écoles ? ", s'est interrogé M. Bolsonaro.  Sans commentaire...

Jair Bolsonaro sceptique sur le coronavirus

C'est pourquoi les gangs des favelas de Rio de Janeiro ont décidé d'agir. A leur manière : "Attention à tous les habitants de Rio das Pedras, Muzema et Tijuquinha! Couvre-feu à partir de 20h aujourd'hui. Quiconque est vu dans la rue après cette heure apprendra à respecter la suivante ", lit un message menaçant. " S i le gouvernement ne fait pas ce qu'il faut, le crime organisé le fera ", peut-on lire. Environ 1,5 million de personnes vivent dans les favelas de Rio, constituées de cabanes en toit de tôle bordées de ruelles étroites et sinueuses. Le virus risque de se propager comme une traînée de poudre dans cette zone insalubre et défavorisée. En France, dans les quartiers difficiles, ce n'est pas la même histoire malheureusement. Une policière qui tentait de faire respecter le confinement dans un quartier sensible de Beauvais a reçu un pavé sur la tête et est dans un état très grave...

Le Christ Roi à Rio de Janeiro

Le Christ Roi à Rio de Janeiro
© marchello74/123RF