• Connexion
La chasse aux éléphants est désormais légale au Botswana
Publié le 01/06/2019

NatureBotswana

Twitter Facebook 1 partage

Les éléphants de savane d'Afrique sont des animaux menacés d'extinction. Essentiellement présent au Botswana où ils vivaient des jours heureux depuis l'interdiction de la chasse, ce temps est dorénavant révolu. En effet, le gouvernement lève cette interdiction à cause d'un trop grand nombre d'individus dans le pays. Le but serait donc de réguler la population.

 

 
© VOLODYMYR BURDIAK/123rf

Le Botswana est un pays qui abrite de nombreux éléphants. Environ 135 000 spécimens sont recensés dans le pays. Pour vous donner une idée, cela représente un tiers de la population des pachydermes de la savane africaine.

Mais ce nombre risque de baisser, car un communiqué publié le 22 mai par le Ministère de l'Environnement, de la Conservation des Ressources Naturelles et du Tourisme du Botswana déclare que la chasse aux éléphants sera désormais légale. Ce texte lève donc l'interdiction de chasse mise en place en 2014.

Pourquoi autoriser la chasse aux éléphants ?

Comme la France avec les sangliers, il semblerait que le pays compte trop d'individus sur son territoire. En effet, depuis 2014 et l'interdiction de la chasse le nombre d'éléphants à fortement augmenter dans le pays. Une aubaine pour l'environnement, mais un problème pour les hommes et pour les exploitations.

La cohabitation entre l'Homme et le pachyderme sont, en effet compliqués, car ils détruisent les champs agricoles en bordure des parcs nationaux. De plus, en cinq ans, 200 Botswanais auraient perdu la vie à cause de l'animal.

Avant d'autoriser à nouveau la chasse aux éléphants, le gouvernement avait étudié d'autre possibilité pour empêcher les problèmes liés à la cohabitation entre êtres humains et éléphant, comme l'installation de barrières électriques. Malheureusement, cette solution s'avère trop coûteuse.

Kisto Mokaila, ministre de l'Environnement du Botswana, se montre tout de même en faveur de la protection animal et explique : "Nous avons consacré 40 % de notre pays à la conservation : zones de gestion de la faune, réserves forestières, parcs. C'est l'engagement et le sacrifice que le Botswana a fait".

Au total, 400 éléphants pourront être tués par an.