• Connexion
Avion supersonique : Paris-New York en seulement 90 minutes
Publié le 17/10/2019 , Modifié le 18/10/2019

TransportEtats-Unis

Twitter Facebook 1387 partages

La course contre l'avion le plus rapide pour aller de l'autre côté de l'Atlantique n'a pas fini de faire parler. L'avion hypersonique de Hermeus Corporation assure pouvoir relier Londres à New York en seulement 1h30 et Paris et New-York en 90 minutes en 2025. On fait le point.

 

 
© Iurii Kovalenko / 123RF

C'est la promesse de la start-up américaine Hermeus Corporation : relier l'Europe à l'Amérique en un temps record. La société espère atteindre une vitesse de croisière de 5 310 kilomètres par heure. En somme, le vol durera environ 90 minutes pour un voyage entre Paris et New York et 1h30 entre Londres et New York.
Hermeus Corporation a déclaré avoir les fonds nécessaires de la part d'investisseurs privés et de bailleurs afin de mettre en place ce projet supersonique. Si la société réussit ce défi, cela pourrait révolutionner le trajet qui prend actuellement plus de sept heures.

Malgré cette annonce, rappelons que les vols de 90 minutes ne sont pas pour demain. La société basée à Atlanta aux États-Unis pourrait encore travailler sur ce projet pendant une dizaine d'années. C'est en tout cas ce que pense AJ Piplica, le PDG d'Hermeus Corporation, qui a déclaré à CNN : " Nous avons une tonne de vols à faire pendant cette période - nous aurons au moins deux itérations d'aéronefs que nous construirons, testerons et desquelles nous apprendrons pendant cette période ".

3 000 dollars le billet d'avion

Au final, un aller-retour dans la journée pourrait devenir possible puisque le voyage ne prendrait qu'une heure et demie pour Londres à New York grâce à ce vol hypersonique. Ce dernier sera deux fois plus rapide que le Concorde, qui avait mis moins de quatre heures pour faire le voyage entre Londres et New York en 2003. Pour 3 000 dollars il serait possible de rejoindre New York depuis Londres à une vitesse de vol de 5 310 km/h.
Selon Paul Bruce, maître de conférences au département aéronautique de l'Imperial College London, il faut faire preuve de prudence car " le plus gros défi du vol hypersonique est la propulsion. Nous avons envoyé de petits véhicules et les avons pilotés hypersoniquement avec des scramjets, un type de moteur à réaction avancé. C'est assez expérimental et nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir avant de les voir dans un avion de passagers ". Il précise également que " le problème le plus important est celui des finances et peut-être de l'environnement. Voler aussi vite consomme énormément de carburant et sera beaucoup moins efficace que de voler lentement ".