• Connexion
Un avion d'Easyjet évite de justesse un crash
Publié le 09/02/2017 3156 partages

TransportFrance

Twitter Facebook 3156 partages

Ils ont eu la peur de leur vie. Un vol, Paris-Toulouse, de la compagnie Easyjet a raté deux fois son atterrissage. Le crash a été évité in extremis, le dimanche 5 février.

Ils étaient 180 passagers à bord à vivre l'horreur. Le départ s'effectue de Paris alors que la tempête Marcel fait rage. Le vent souffle de façon violente. Le vol ne va pas être de tout repos pour les passagers, mais ils sont loin de se douter de ce qui les attend.

Le pilote de l'Airbus tente de se poser une première fois sur le tarmac de l'aéroport Toulouse-Blagnac, vers 17 heures. Sans succès. « À quelques mètre du sol, il a remis les gaz à fond pour redécoller. On se serait cru dans Space Moutain à Eurodisney », explique Angel, un passager, à la Dépêche.

L'avion tente une deuxième fois la manœuvre. C'est encore un échec mais extrêmement violent : le train d'atterrisage « percute très brutalement le sol et le pilote a de nouveau remis les gaz. » Le crash a été évité de justesse. Le pilote décide de ne plus prendre de risque et détourne l'avion vers Montpellier pour une heure et quart de vol. La panique a envahi l'appareil, tous rêvent de poser le pied sur la terre ferme.

L'argent avant la sécurité ?

L'argent avant la sécurité ?
© schulzhattingen/123RF

Arrivés vers 18h à Montpellier, les passagers ont la mauvaise surprise de découvrir qu'ils ne peuvent pas sortir de l'avion. Un comble après ce qu'ils viennent de traverser ! Le cauchemar ne semble pas s'arrêter. En effet, la direction d'EasyJet ordonne au pilote de redécoller immédiatement afin d'atterrir à l'aéroport initial, celui de Toulouse. La question se pose : la compagnie voulait-elle éviter de payer les indemnités ?
Il aura fallu deux heures pour que les 180 personnes à bord soient autorisées à sortir. Selon le passager, à la Dépêche, rien n'a été prévu en eau et nourriture.

Dans un communiqué adressé au quotidien, Easyjet explique que « les pilotes sont hautement qualifiés pour effectuer cette procédure de routine et à aucun moment, la sécurité des passagers à bord n'a été compromise. » Avant d'ajouter qu' «  aucune navette n'était disponible pour ramener les passagers à Toulouse. Tous les passagers de ce vol peuvent adresser une réclamation au service client d'easyJet pour leurs frais de transport.»
Les passagers se souviendront de ce vol chaotique.

Vous aimerez également

Easyjet licencie une hôtesse pour un vol de sandwich
La compagnie aérienne Easyjet veut plus de femmes pilotes