• Connexion
Que sait-on de la nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines ?
Publié le 19/04/2019 254 partages

CulturePhilippines

Twitter Facebook 254 partages

Lors d'une étude réalisée par des chercheurs dans une grotte aux Philippines, une nouvelle espèce humaine a été découverte. Cette dernière vivait il y a plus de 50 000 ans. Les premières analyses dévoilent son lot de surprises alors que ce genre humain n'a pas encore livré tous ses secrets. Le résultat prouve de surcroît que l'évolution humaine est bien plus complexe qu'elle paraît.

Mercredi dernier, des chercheurs ont annoncé la découverte d'une nouvelle espèce humaine aux caractères morphologiques singuliers, qui vivait sur l'île de Luçon, aux Philippines, il y a plus de 50 000 ans.
Pour en arriver à ces conclusions, il a fallu analyser environ treize restes fossiles dont les dents, les phalanges de pied et de main, des fragments de fémur qui ont été trouvés dans la grotte de Callao. Ces restes appartenaient selon les experts à au moins trois individus dont un enfant. Les scientifiques ont nommés cette nouvelle espèce de Homo luzonensis.

Selon le paléoanthropologue au musée de l'Homme à Paris, Florent Détroit on retrouve "des éléments ou caractères très primitifs ressemblant à ceux des Australopithèques et d'autres, modernes, proches de ceux des Homo sapiens".
Il ajoute que cet Homo luzonensis "était probablement petit si on en juge par la taille de ses dents" mais "ce n'est pas un argument suffisant" pour l'affirmer, indique le chercheur. Homo luzonensis, ne serait pas un ancêtre direct de l'homme actuel mais plutôt une espèce voisine. Datant d'au moins de 50 000 ans, le fossile est considéré comme l'un des plus anciens restes humains connus aux Philippines

Quelques surprises morphologiques ont été retrouvées lors des analyses des dents : leur analyse morphologique a réservé bien des surprises. D'abord au niveau des dents : les prémolaires d'Homo luzonensis ont deux ou trois racines alors que celles d'Homo sapiens en ont généralement une, parfois deux. Cependant, ses molaires sont petites et sa morphologie ressemble à celle des hommes modernes. Le paléoanthropologue affirme que c'est " un individu possédant ces caractéristiques combinées ne peut être classé dans aucune des espèces connues aujourd'hui".

Vers une évolution humaine plus complexe

Vers une évolution humaine plus complexe
© Lillian Tveit / 123RF

"Nous ne disons pas du tout que Homo luzonensis vivait dans les arbres car l'évolution du genre Homo montre que ce genre est caractérisé par une stricte bipédie depuis 2 millions d'années", souligne Florent Détroit. La "réapparition" de caractéristiques primitives chez Homo luzonensis s'explique peut-être par l'endémisme insulaire, selon lui. Les résultats de l'étude "montrent très clairement que l'évolution de l'espèce humaine n'est pas linéaire". "Elle est plus complexe qu'on ne le pensait jusqu'à récemment".
Il s'agit d'"une découverte remarquable" qui "va sans aucun doute susciter beaucoup de débats scientifiques", estime Matthew Tocheri de l'Université Lakehead au Canada, dans un commentaire publié dans Nature.