• Connexion
Au Canada, la captivité et l'élevage des cétacés vont être interdits
Publié le 18/06/2019 2348 partages

PolitiqueCanada

Twitter Facebook 2348 partages

Soucieux du bien-être animal, le parlement canadien a dernièrement voté un nouveau projet de loi : celui d'interdire la captivité des cétacés tels que les baleines et dauphins au sein du pays.

 

 
© lsantilli/123RF

Le 10 juin 2019, les parlementaires d'Ottawa ont pris une grande décision en faveur de certains animaux canadiens. Ayant enfin été validé, ce projet de loi vise à modifier le code pénal pour éliminer de façon significative la pratique consistant à maintenir baleines, dauphins et autres cétacés en captivité. Après l'interdiction des promenades en calèche à Montréal, le gouvernement s'attaque maintenant aux parcs pour bannir ce que l'on pourrait qualifier de maltraitance animale.

A ce jour, Marineland à Niagara Falls et l'aquarium de Vancouver sont les deux seuls établissements du Canada à posséder des cétacés en captivité. Et même si les animaux sont nourris et soignés, ceux-ci sont privés de leur précieux habitat naturel. Pire encore, certains d'entre eux sont très souvent élevés pour amuser la galerie à l'occasion de spectacles aquatiques. Certes, cela plaît au public mais cette façon de les éduquer change leur nature et va même jusqu'à les abêtir. C'est pourquoi, Elizabeth May, Chef du Parti Vert et parrainant l'initiative, n'hésite pas à rappeler les études faites par de nombreux scientifiques : " Ils ont besoin de l'océan, d'espace, d'une communication acoustique sur de longues distances ".

Concrètement parlant, ce projet de loi d'initiative parlementaire proscrit donc la captivité et l'élevage des cétacés mais aussi leur exportation. Seules exceptions admises : pour la recherche scientifique ou lorsque l'intérêt de l'animal est en jeu. De toute évidence, Camille Labchuck, directrice générale du groupe de défense des droits des animaux se réjouit de cette mesure : « C'est un moment décisif pour les baleines et les dauphins, et une reconnaissance puissante que notre pays n'accepte plus d'emprisonner des animaux intelligents et sensibles dans de minuscules réservoirs à des fins de divertissement ». Il ne manque désormais plus que l'approbation royale symbolique.

Pour information, cette loi ne sera pas rétroactive. Autrement dit, les cétacés actuellement en captivité ne seront pas remis en liberté. En revanche, s'ils sont malades ou blessés et nécessitent une réhabilitation, ceux-ci pourront retrouver leur vie sauvage avec autorisation du gouvernement.