• Connexion
Amsterdam : stop aux boutiques à touristes !
Publié le 12/10/2017

SociétéPays-Bas

Twitter Facebook 656 partages

Ils en ont marre ! Les habitants et les officiels de la mairie d'Amsterdam disent stop à la multiplication des boutiques destinées aux touristes. Celles où l'on peut acheter un T-shirt "I love Amsterdam" ? Oui, tout à fait. Porte-clefs, tasses, sabots : toutes se ressemblent et leur nombre toujours croissant finit par gangrener l'hyper-centre de la capitale culturelle des Pays-Bas. Pour la première fois dans le monde, le maire de la ville vient d'annoncer à ce propos la mise en vigueur d'une nouvelle loi restrictive.

Plus aucune ne verra le jour

Plus aucune ne verra le jour
© Mykola Kokaryev / 123 rf

Vous aimerez également

Submergée par les touristes, Amsterdam veut limiter leur nombre
Les 20 ultimes raisons de se rendre aux Pays-Bas
Voyage au Pays-Bas : sur les traces de Vincent Van Gogh

Dans les villes les plus visitées, elles pullulent. Si bien que dans certaines rues, s'alignent des dizaines de boutiques aux vitrines quasi-identiques, gorgées de tasses, T-shirts ou porte-clefs à l'effigie de la cité concernée. Les habitants d'Amsterdam ont à ce propos tiré une "sonnette d'alarme", mécontents d'assister à cette prolifération dans leur cher centre-ville. En réponse, le maire de la ville Eberhard van der Laan a annoncé le 5 octobre dernier la mise en vigueur d'une nouvelle loi : plus aucune création d'échoppes ciblant spécifiquement les touristes ne sera désormais tolérée . Elle s'applique à l'hyper-centre d'Amsterdam ; au total, quarante rues sont concernées.

Pour un tourisme plus "qualitatif"

Pour un tourisme plus
© Aliaksei Skreidzeleu / 123 rf

Source : démotivateur

Plus de 280 magasins appartenant à cette catégorie sont déjà recensés dans cette zone géographique relativement restreinte. S'il est vrai que le nombre de visiteurs augmente chaque année de 5%, avec en 2016 17 millions de touristes dans la seule ville d'Amsterdam, la mairie souhaite éviter de suivre l'exemple de Venise. La capitale de la Vénitie est effectivement devenue, pour beaucoup, une véritable "usine à touristes" croulant sous la multiplication de telles échoppes, en perdant par la même occasion un peu de son authenticité et de son charme.