• Connexion
L'Égypte révoltée à cause de la vente aux enchères du buste de Toutankhamon
Publié le 12/07/2019 76 partages

PolitiqueEgypte

Twitter Facebook 76 partages

Le buste de Toutankhamon a été vendu 5,3 millions d'euros, jeudi 4 juillet, lors d'une vente aux enchères, par un acquéreur encore inconnu. Problème : en Égypte, cette acquisition a fait l'objet d'un vrai scandale. Le pays avait demandé l'annulation de la vente car l'objet aurait été dérobé dans les années 70, à l'instar de nombreuses autres antiquités.

Quartzite brun, 28,5 cm de haut, vieille de 3000 ans et vendue 4,7 millions de livres. Un scandale en Égypte. Il s'agit du buste de Toutankhamon, datant de la période amarnienne et vendu jeudi 4 juillet, lors d'une vente organisée par Christie's à Londres, société de vente aux enchères anglaise. Seulement voilà : Le Caire affirme qu'il s'agit d'une oeuvre volée.

L'Égypte avait demandé l'annulation de cette vente. En vain. Résultat : une dizaine de personnes est venue manifester contre cette vente. Le ministère des Antiquités a assuré que le gouvernement allait tenir une réunion exceptionnelle afin de récupérer le fameux buste. Le pays est coutumier du fait puisqu'il rapatrie régulièrement des antiquités volées.

En effet, selon Zahi Hawas, archéologue et ancien ministre des Antiquités en Égypte, de nombreux artefacts ont été dérobés dans les années 70, au temple de Karnak, à Louxor. " Les propriétaires ont fourni de fausses informations " a-t-il expliqué. Selon le secrétaire général du conseil suprême des antiquités, Christie's n'aurait fourni aucun document officiel.

La pierre de Rosette aurait, elle aussi, été volée

La pierre de Rosette aurait, elle aussi, été volée
© JAROSLAV MORAVCIK

Mais la société londonienne se défend et estime que le buste se trouvait dans la collection d'art d'une famille autrichienne, dans les années 60. Aujourd'hui, Le Caire tente de reprendre d'autres symboles de l'archéologie égyptienne, tels que la pierre de Rosette, exposée à Londres ou encore, le célèbre buste de Néfertiti, à Berlin.