Publié le 15/12/2021 (Modifié le 16/12/2021)

#Nature #Islande

72 heures en Islande : un city-trip décoiffant

L'Islande fait partie de ces rares destinations qui font rêver malgré une météo hostile. La nouvelle compagnie low-cost, Play, reliant Reykjavik à Paris, fut un bon prétexte pour aller voir ce que cette île avait à offrir. Direction le Nord, en plein mois de novembre pour un city-trip des plus dépaysants. 3 heures de vol, 1 heure de décalage horaire : les critères d'une escapade de 3 jours sont respectés. Entre bains chauds et champs de lave, sous une météo capricieuse, partons à la découverte de Reykjavik, la plus petite mais aussi l'une des plus surprenantes capitales d'Europe.

Vue sur la campagne autour de Reykjavik - © C.Balland/Easyvoyage

La météo, sujet préféré des Français

Bien entendu avant de faire sa valise, on a jeté un coup d'œil à la météo qui s'annonçait pluvieuse et venteuse. Si elle n'a pas menti, des petites percées de soleil, des flocons de neige et de la grêle se sont invités afin de nous faire vivre les quatre saisons en 3 jours.

Si les rafales à 170km/h, qui font partie du quotidien, nous ont ralentis dans nos marches le premier jour, rien ne nous aurait stoppé. L'essentiel pour une virée en Islande est d'arriver équipés et prêts à affronter toutes les conditions climatiques.

Vue sur Reykjavik depuis le sommet de la cathédrale - © C.Balland/Easyvoyage

Des journées rythmées par le soleil

Il se fait discret pendant la saison hivernale, cependant, les journées sont loin de se terminer une fois le soleil couché. Les visites doivent tout de même être planifiées en se calant sur son rythme. Privilégiant les virées en pleine nature tant qu'il fait jour (de 10 à 16h en novembre) et les musées, bars et boutiques une fois la nuit tombée. Cette brève intervention du soleil en hiver procure à l'Islande cette lumière rasante que l'on ne retrouve que dans les contrées nordiques et qui leur confère cette ambiance hors du temps.

© C.Balland/Easyvoyage

La province de Reykjanes, un condensé d'Islande

Moins connue que d'autres provinces d'Islande, la péninsule de Reykjanes n'est qu'à quelques kilomètres de l'aéroport international et offre un large panel des paysages islandais.

L'idéal étant d'y aller directement en sortant de l'avion, évitant ainsi de perdre du temps en se rendant dans le centre-ville qui se trouve à 50 kilomètres à l'est.

Ces falaises, sources d'eau chaude, champs de lave et étendues vertes en font un lieu à arpenter sur une ou deux journées avant d'aller rejoindre la capitale. 

Fumée sortant du sol à quelques mètres d'une usine de géothermie, 2ème levier économique du pays après la pêche. - © C.Balland/Easyvoyage

Baignade dans les bains chauds

C'est en automne et en hiver que les bains chauds d'Islande révèlent toute leur magie. Qu'il neige, pleuve ou vente, on s'accorde une pause dans ces gigantesques piscines dont l'eau est chauffée par la chaleur du magma, dégageant de gros nuages de vapeur leur conférant une ambiance cotonneuse. Si tout le monde connait le célèbre Blue Lagoon, ces bains bleus, peu ont entendu parler de Sky Lagoon, ouvert en mai 2021, à quelques minutes de Reykjavik. Deux bains, deux décors, deux ambiances. Le plus connu est plus visuel avec ses couleurs claires, le dernier-né promet une expérience plus intimiste, plus haut de gamme et tout aussi spectaculaire. Côté prix, on reste sur les mêmes tarifs, environ 40 euros pour une baignade simple et 60 si on y associe des masques pour le visage (au Blue Lagoon) ou un parcours hammam/sauna et bains froids (au Sky Lagoon). Une expérience à ne pas manquer, en couple ou en famille mais qu'il faut programmer à l'avance.

Vue depuis les bains de Sky Lagoon. - © C.Balland/Easyvoyage

Le pont entre deux continents

Miðlína bridge est un pont symbolique qui traverse la faille qui s'est formée avec le mouvement des plaques tectoniques (situées sous l'océan) américaine et européenne. Cette crevasse, couverte de sable volcanique, s'agrandit d'environ 2cm par an, soit 2 mètres par siècle.
Ouvert en juillet 2002, ce pont de 18 mètres de long, illustre bien le phénomène de dérive des continents.

Miðlína bridge ou "pont entre deux continents". - © C.Balland/Easyvoyage

Balade le long des côtes

La péninsule de Reykjanes offre des paysages à couper le souffle vierges de toute végétation. Excepté les jours de forts vents, il faut s'approcher des falaises taillées dans la roche qui offrent des formes des plus graphiques. Avec ses airs d'Irlande, la côte offre un terrain de jeux aux randonneurs amoureux d'air iodé. De nombreux phares sont plantés ici et là, permettant aux bateaux de pêche de se repérer. Le plus vieux phare d'Islande, celui de Reykjanes, a récemment ouvert un petit musée rendant hommage à tous les naufragés autour de l'île. Une étape émouvante où l'on découvre de magnifiques photos mais aussi la liste de tous les naufragés depuis 1890.

Paysage de la nature islandaise, vierge de toute végétation avec l'océan en toile de fond . - © C.Balland/Easyvoyage

Reykjavik, ville de culture, d'art, de design et d'architecture

La plus petite capitale européenne n'a pas à rougir de son offre culturel : son Opéra qui guette le retour des bateaux de pêche, ses musées abritant des collections tant historiques que contemporaines, son architecture colorée mêlant de majestueuses bâtisses art déco, de petites maisons en bois aux toits en tôle, de nouvelles constructions ultra-modernes, son marché aux puces... Mais celui que tout le monde voit depuis le ciel ou la mer, reste la cathédrale de béton, Hallgrímskirkja, qui surplombe la ville et d'où partent les principales artères de la ville. Des rues commerçantesgaleries d'art, boutiques en tout genre, restaurants et bars se succèdent dans une ambiance colorée, décorées ici et là de street-art, pour finir leur course dans l'eau du lac ou sur les quais du port.

Maisons colorées de Reykjavik - © C.Balland/Easyvoyage

Exemple de surprise architecturale que réserve Reykjavik. - © C.Balland/Easyvoyage

Harpan, Opéra, salle de concert et centre de congrès de la capitale islandaise qui fut inauguré en 2011. - © C.Balland/Easyvoyage

Le street-art de Reykjavik, que l'on retrouve à tous les coins de rues, discret ou ostensible. - © C.Balland/Easyvoyage

La gastronomie islandaise, So Fish!

Avec une économie portée par la pêche, il va de soi que l'on retrouve dans son assiette de nombreux produits de la mer, parmi les seules denrées non importées sur l'île. Cru, cuit, fumé ou fermenté, le poisson se décline sous toutes ses formes et son origine sauvage ou d'élevage, se répercute sur son coût, du simple au double.
Parmi les autres spécialités du pays, mouton, musli et baies se retrouvent sur la table. Sans oublier les nombreux gâteaux à la cannelle et le chocolat que l'on déguste autour d'un thé dans la plus pure tradition islandaise.

Plateau de sushis de poissons islandais - © C.Balland/Easyvoyage

Le thé et ses gâteaux typiques, servis dans la plus pure tradition islandaise - © C.Balland/Easyvoyage

L'espoir des aurores boréales

Qui va en Islande, rêve de pouvoir voir des aurores boréales. Même si la pollution lumineuse n'est pas idéale pour observer ce phénomène lumineux, Reykjavik peut être le décor d'un spectacle des plus magiques. La meilleure période s'étendant de septembre à mars.

Aurore boréale éclairant la célèbre cathédrale de béton, Hallgrimskirkja. - © Basiczto / Shuttertock

L'Islande en direct avec la nouvelle compagnie low-cost : PLAY

Nouvelle arrivée dans l'univers des low-cost, la compagnie PLAY dessert Reykjavik depuis Paris en 3h30. Si les services à bord en termes de collation sont semblables à ceux d'Easyjet ou de Ryanair, l'accueil est irréprochable, la tenue du personnel unisexe, confortable et élégante (les femmes peuvent être en jupe ou pantalon à leur convenance). Quant à l'espace pour les jambes, il dépasse tous nos espoirs et réconciliera les grands avec les compagnies à bas coûts. Du jamais vu !
Avec 4 liaisons par semaine (lundi, jeudi, vendredi et dimanche) depuis Paris Charles de Gaulle, la compagnie dont on va beaucoup entendre parler dès le printemps 2022 pour ses nouvelles dessertes en Europe, compte bien faire de Reykjavik le city-break le plus nature qui soit.
Aller-retour à partir de 160 euros à réserver sur flyplay.com

© EASYVOYAGE