• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Connexion
Plusieurs milliers d'ours polaires découverts en bonne santé en Alaska
Publié le 29/11/2018

EnvironnementEtats-Unis

Twitter Facebook 10 partages

Ce sont des survivants. Un véritable espoir. Il est difficile de concevoir comment ils n'avaient pas pu être découverts avant, mais près de 3000 ours polaires ont été aperçus, en bonne santé, près de la mer des Tchouktches, entre l'Alaska et la Russie. Tous les détails de l'étude ont été publiés dans Scientific Reports.

Une équipe de biologiste annonce avoir découvert, non sans stupéfaction, une population de plusieurs milliers d'ours polaires entre l'Alaska et la Russie. Il semblerait que l'entièreté du groupe soit en bonne santé. Bien qu'en première ligne face au réchauffement climatique et à la fonte de la banquise, ces quadrupèdes semblent avoir une résistance à laquelle personne n'aurait songé. Si la plupart des zones à ours polaires sont aujourd'hui classées « à risque », ce n'est pas le cas partout. Au large de la côte ouest de l'Alaska, un groupe de scientifiques a découvert près de 3000 animaux en bonne santé, évoluant dans un environnement foisonnant de nourriture.

Les ours polaires en marche vers la sortie du tunnel

Les ours polaires en marche vers la sortie du tunnel
©Evgeniya Tiplyashina/123RF

«?Ce travail représente une décennie de recherche qui nous donne une première estimation de l'abondance et du statut de la sous-population de la mer des Tchouktches, explique le biologiste Eric Regehr, du Centre des sciences polaires de l'Université de Washington (États-Unis) et principal auteur de l'étude. La perte de glace de mer due au changement climatique reste la principale menace pour l'espèce, mais, comme le montre cette étude, les effets de la perte de glace de mer varient selon le lieu et l'endroit. Certaines sous-populations sont déjà en déclin alors que d'autres s'en sortent bien?».

Sur une période de 8 ans (2008 à 2016), les chercheurs suivaient une soixantaine d'ours par an, équipés de colliers GPS. Depuis lors, la population est restée stable d'après les scientifiques. Mieux encore, ils possèdent un bon taux de reproduction et de survie des oursons. Ces ours polaires chanceux le sont car ils vivent au coeur d'un environnement « privilégié ». D'après Eric Regehr, «?C'est une région très riche. La majeure partie de la mer des Tchouktches est peu profonde, avec des eaux riches en nutriments provenant du Pacifique. Cela se traduit par une productivité biologique élevée et, surtout pour les ours polaires, par un grand nombre de phoques?». Lorsqu'ils n'ont plus suffisamment de nourriture terrestre, les restes des baleines échouées permettent aux ours de se nourrir durant l'été, à la période de la fonte des banquises.

Pourtant, il ne faut pas oublier que derrière cette incroyable découverte se cache l'horreur du réchauffement climatique pour les ursidés. En ce sens, les scientifiques rappellent que cette situation est exceptionnelle mais ne tient qu'à un fil, la glace de la mer arctique fondant à un rythme crescendo : «?Ces découvertes sont une bonne nouvelle pour le moment, mais cela ne signifie pas que les ours de la mer des Tchouktches ne seront pas affectés par la perte de glace?», conclut le chercheur.