• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Easymiles
  • Connexion
11 heures d'avion pour aller d'Amsterdam... à Amsterdam
Publié le 18/12/2019

InsolitePays-Bas

Twitter Facebook 32 partages

Jeudi 28 novembre, les passagers d'un vol ayant décollé d'Amsterdam devaient atterrir à Mexico. Mais après onze heures passée dans l'avion, ils ont atterri à... Amsterdam, à cause d'une éruption volcanique inattendue.

 

 
© Bjoern Wylezich/123RF

 

C'est la première fois qu'un tel scénario se produit à l'aéroport Schiphol-Amsterdam. Le vol 685 de la compagnie aérienne KLM avait pourtant bien décollé d'Amsterdam en direction de Mexico sans aucun problème. Mais au bout de quelques heures de vol, et pendant que l'avion survolait le Canada, l'équipage a reçu message d'urgence. En effet, ils ont été avertis de l'activité du volcan Popocatepetl, situé à environ 70 km au sud-est de Mexico. L'éruption peut créer des nuages de fumées épaisses, et nuire grandement à l'atterrissage de l'avion. Le pilote a alors fait demi-tour en urgence, dès l'écoute de cette annonce, et avec raison.

Pourquoi ne pas atterrir à proximité ?

L'avion, qui survolait l'Amérique du Nord, aurait pu atterrir au Canada ou même aux États-Unis. Mais c'est sans compter sur la législation de ces deux pays. Rappelons que pour entrer aux USA ou au Canada, il faut un visa. Cependant, aucun des passagers n'avaient fait les démarches puisque ce n'était pas la destination prévue. À cela s'ajoute des voyageurs un peu particuliers ; plusieurs chevaux étaient à bord de l'appareil. Or, il faut une autorisation spéciale pour faire atterrir des animaux de grande taille dans un autre pays, ainsi que des mesures de quarantaine à respecter. 

Avec tout ce beau monde dans l'avion, le pilote n'a eu d'autres choix que de retourner au point de départ, en traversant l'Atlantique une seconde fois. C'est à 2h30 du matin et après avoir dépassé les 11 heures de vol, que l'avion a finalement atterri à l'aéroport Schiphol-Amsterdam. La compagnie a pris l'intégralité des passagers en charge et ont pu décoller vers le Mexique dès le lendemain.

Ce n'est pas la première fois qu'une éruption volcanique perturbe le trafic aérien. En 2010, le volcan islandais Eyjafjallajökull avait semé la pagaille dans le ciel européen. Plus récemment, en mai 2018, le Merapi en Indonésie, avait également perturbé de nombreux vols en Asie du Sud-Est, clouant au sol les avions à Bali, Jakarta, Singapour et Kuala Lumpur.