• © Claudia Van Dijk / 123 RF
  • © Matthijs KUIJPERS / 123 RF
  • © Diego Cervo / 123 RF
1    
  • Comparer votre :
  • Vols
  • Hôtels
  • Vol + Hôtel
  • Locations en direct
  • Voiture
  • Séjours
  • Destination
Date de départ
Date de départ

Plus d'options

+

    Forêt tropicale luxuriante et plages désertes vous attendent dans ce pays méconnu aux nombreux trésors cachés. La population est peu nombreuse mais extrêmement diversifiée, et perpétue une culture aux influences internationales. Les Surinamiens prennent soin de leurs villes à la propreté irréprochable, et de la belle capitale du pays, qui surprend par ses bâtiments coloniaux pittoresques.

    Avant de partir

    Pluralité culturelle et paysages encore inexplorés caractérisent le plus petit pays d'Amérique du sud. Le Surinam est entouré par la Guyane française, le Guyana et le Brésil. Le secteur du tourisme n'est pas très développé, mais le pays possède assurément des richesses qui n'attendent que d'être découvertes. Il s'ouvre au nord sur l'océan Atlantique, avec des plages de sable blanc et une végétation équatoriale débordant sur la mer.

    Le véritable trésor du Surinam est sans aucun doute son immense forêt tropicale, protégée par ses réserves naturelles. Le sud du pays représente l'un des derniers espaces vierges non explorés par l'Homme, et de nouvelles espèces y sont fréquemment découvertes lors d'expéditions scientifiques. Des chutes d'eaux impressionnantes et autres surprises croiseront votre chemin si vous vous aventurez dans la nature sauvage. Naviguer en pirogues par la voie des fleuves et des rivières est une manière originale de se rendre au cœur de la forêt. Les nombreux parcs naturels sont le refuge d'une faune passionnante comme les oiseaux dans le parc de Raleighvallen et de Brownsberg, ou les tortues dans la réserve de Wia Wia et celle de Galibi. Ces dernières viennent pondre leurs œufs près de la mer, entre avril et juin : le spectacle est toujours émouvant pour les quelques visiteurs qui ont la chance de l'observer.

    Quelques villages ont été construits le long de la côte, comme celui de Totness, mais la seule " ville " du pays est la capitale en bordure du fleuve Surinam, à quelques kilomètres de la côte. Paramaribo concentre presque la moitié de la faible population du pays. Son architecture témoigne de la période coloniale hollandaise : le centre-ville historique a d'ailleurs été inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO en 2002, pour son mélange des techniques de construction européennes et sud-américaines donnant naissance à des constructions singulières. Les maisons en bois côtoient celles de brique rouge dans cette ville tout à fait unique, et particulièrement propre. Les quartiers coloniaux et le palais présidentiel sont à visiter, tout comme l'immense marché dans lequel on trouve de tout pour des prix très abordables. Lelydorp et Nieuw Nickerie sont les deux agglomérations les plus importantes après Paramaribo, ayant respectivement environ 20 000 et 15 000 habitants. Nieuw Nickerie est située à l'ouest près du fleuve Corantijn et de la frontière avec le Guyana.

    On trouve au Surinam des descendants des Amérindiens, Africains, Hindous et colons européens (hollandais), qui forment un bel exemple de métissage culturel réussi. Les croyances de chacun sont respectées, et les religions principales sont toutes représentées. Des fêtes de toutes les origines sont donc célébrées dans le petit pays, qui ne compte pas plus de 550 000 habitants. La langue officielle de l'ancienne Guyane hollandaise est restée le néerlandais, mais une quinzaine de langues telles que l'hindi, le créole surinamien ou le javanais sont parlées dans l'ensemble du pays.

    Conseils de la rédaction

    La saison idéale pour se rendre au Surinam est l'automne : partez entre les mois de septembre et de novembre pour profiter au mieux du pays, au climat assez humide.

    Ne ratez pas la visite des Parcs naturels. Celui de Brownsberg se trouve à environ 150 kilomètres de la capitale et offre un spectacle naturel inouï. Plusieurs chemins y ont été aménagés pour les visiteurs. Le lac Prof. Dr. Ir. Willem Johan van Blommesteinmeer ou Brokopondo offre une superbe excursion pour la journée. Une fois sur ses rives, on peut louer des canoës pour rejoindre l'île de Tukunari au milieu de ses eaux.

    Pensez à vraiment bien vous équiper contre les moustiques : bombes, crème, moustiquaire et garde-robe large et légère. Ces petits insectes vont vous rendre fous !

    Les cartes de crédit n'étant acceptées qu'à très peu d'endroits, partez avec du liquide (dollars US ou euros) que vous pourrez échanger facilement dans l'un des bureaux de change de la capitale qui proposent des taux identiques. La monnaie surinamienne est le dollar surinamien (SRD) : 1 euro est égal à environ 4 SRD.

    Si vous vous rendez au Surinam depuis la Guyane, vous pourrez prendre le bac à partir de Saint Laurent du Maroni jusqu'à Albina, pendant une traversée durant une vingtaine de minutes. La capitale Paramaribo se trouve à environ 2h30 de route de là. (Attention on roule à gauche au Surinam !)

    Le pays ne reconnait que ses propres assurances (environ 45 ? pour une semaine), que vous pourrez vous procurer dans les agences spécialisées.

    Les plus

    • +Le Surinam mélange les genres culturels : les immigrés d'Inde, du Pakistan, de Chine, les anciens esclaves d'Afrique noire et les Amérindiens donnent à ce petit pays une atmosphère mystérieuse et envoûtante.
    • +Les réserves naturelles de la côte et le Parc national de Brownsberg plongent le voyageur au c?ur de la vie sauvage.

    Les moins

    • -Le climat chaud et très humide peut transformer le voyage en parcours du combattant.
    • -Les vols à l'arraché ont augmenté à Paramaribo ces dernières années. Eviter certains quartiers.

    Tradition

    En raison de son pluralisme culturel, le Surinam célèbre beaucoup de fêtes aux origines multiples. Diwali par exemple, le festival indien des lumières en novembre, pendant lequel des feux d'artifice et autres jeux lumineux sont organisés. On trouve aussi des festivals plus locaux, comme le Festival de Jazz et de Salsa. Plusieurs jours de l'immigration ponctuent le calendrier : celui des indiens le 5 juin, des javanais le 14 août, des chinois à la mi-octobre.

    La musique du pays est le kaseko : les tambours guyanais accompagnent les danses rythmées, créées par les Guyanais d'origine africaine. Avec le temps, la danse a un peu évolué, et chaque danseur transforme sa chorégraphie selon ses capacités et ses intentions. En effet, la danse kaseko est une danse de séduction, avec des pas particuliers pour les hommes et pour les femmes, aux tenues de spectacle très colorées.

    Cuisine

    La cuisine du Surinam est aussi riche et variée que le brassage ethnique du pays. On y retrouve notamment des influences indiennes, africaines, javanaises, amérindiennes et européennes. Le riz, produit et exporté par le pays, est un élément de base. Manioc, patates douces et banane plantain sont aussi couramment utilisés. On trouve également le roti, une petite galette indienne qui accompagne beaucoup de plats comme le poulet massala. Parmi les nombreux fruits tropicaux, on goûtera à la noix de palmier ou à l'orange awarra.

    Le "moksie alesie" est un riz sauté avec de la viande (généralement du poulet), des haricots blancs, des tomates et des piments. Le "petjil" est un plat de légumes marinés avec de la sauce de cacahuètes. Le Pom quant à lui est l'une des spécialités les plus appréciées par les habitants du pays. Le plat national est cuisiné à partir de porc salé ou de saucisse de poulet, de tomates, et de pomtajer, une racine locale.

    Des snacks sont ouverts à tous les coins de rues, et vous pourrez manger un repas entre 3 et 5 euros. La bière nationale est la Parbo, elle est exportée dans les pays autour.

    Souvenir et artisanat

    On retrouve au Surinam des tissus colorés de l'Inde et des sculptures africaines en bois. L'artisanat d'origine amérindienne et maroon présente d'intéressants bijoux en or et en argent. Les magasins sont ouverts de 9 h à 16 h 30 du lundi au vendredi et de 9 h à 13 h le samedi.