• Vols
  • Hôtels
  • Vol + Hôtel
  • Locations en direct
  • Voiture
  • Séjours

+
    • Partager

    Chichen Itza, splendeur des Itzaes - Yucatan

    Reportage Yucatan: Chichen Itza, splendeur des Itzaes

    Chichen Itza, splendeur des Itzaes
    Epoque de splendeur des Mayas, Chichen Itza fut la ville la plus puissante du Yucatan. Peuples surprenants, d'un remarquable niveau de science, qui pratiquaient les sacrifices humains et vénéraient les astres, les Mayas, étendus sur tout le Mexique - jusqu'au Bélize et au Guatemala - , n'ont pas livré tous leurs secrets. On ignore notamment les raisons du brusque déclin, au XIIe siècle, des civilisations qui se sont succédées durant près de 4 000 ans, jusqu'à leur passage sous la férule espagnole. Cependant, les découvertes ont mis au jour ces terres mayas, organisées en "cités-états", à la fois indépendantes et fédérées. Centre névralgique l'organisation sociale, chacune témoigne du mode de vie de différents groupes ethniques dans un univers chargé de croyances, rigoureusement mis en scène. Les temples formaient pour la plupart un triangle parfaitement aligné avec les étoiles. Par l'élite, prêtres savants et astronomes, ils étaient utilisés comme moyen de contrôle sur le peuple lors des éclipses (telles que l'équinoxe du printemps le 21 mars). Selon un calendrier précis, les étoiles, la lune ou le soleil s'encadraient dans les interstices des temples divins, formant des jeux d'ombre et de lumière. A commencer par Chichen Itza, les Mayas yucatèques (de la péninsule du Yucatan), répartis sur trois Etats - Campèche, Yucatan et Quintana Roo -, ont laissé en héritage nombre de ces cités. « Bouche du puits des Itzaes » est la signification de l'une des villes les plus fameuses du monde maya à son apogée, au VIe siècle. Située à 220 km de Cancun, dans l'Etat du Yucatan, Chichen Itza se distingue en tant que centre culturel et politique de la vieille civilisation des peuples Itzaes, et fut l'une des cités plus étendues - sur 15 km2 - de la péninsule. Parmi ses édifices les plus importants figurent le Temple des Guerriers, le groupe des Mille Colonnes, où se tenait le marché, la plate-forme de Vénus, le Tzompantli, le Jeu de la Pelote, l'Escargot, l'Observatoire ou l'Eglise. A la fin du Xe siècle, la ville fut envahie par la tribu guerrière des Toltèques, qui apporta avec elle une nouvelle série d'éléments culturels : la représentation du dieu-serpent Kukulcan, également appelé Quetzacoatl ou encore « Serpent Emplumé ». La spectaculaire pyramide Kukulcan, de quatre côtés et de 30 mètres de hauteur, couronnée par un temple sur sa partie supérieure représenterait le calendrier : 365 marches, 52 panneaux (un par année du cycle maya) et 18 terrasses représentant les 18 mois de l'année religieuse. Pendant les équinoxes du printemps et de l'automne, en mars et en septembre, l'ombre du soleil projette la forme d'un énorme serpent qui semble descendre sur la façade de la pyramide dénommée El Castillo ; un spectacle qui fascine toujours la foule. Le pouvoir de cette ville fut si grand que plusieurs siècles après son abandon, des célébrations de cérémonies religieuses s'y déroulaient encore, avant de retomber dans l'oubli. Des explorateurs commencèrent le sauvetage des vestiges lors de l'exploitation sapotière (arbre à latex) dans la région, au XIXe siècle. © texte : Jeanne Brette ; © photo : OT Mexique.
    Ek Balam, le jaguar

    Sommaire