Ouzbékistan
  • Comparer votre :
  • Vols
  • Hôtels
  • Vol + Hôtel
  • Locations en direct
  • Voiture
  • Séjours
  • Destination
Date de départ

Plus d'options

+

    Pays niché au coeur de l'Asie central, l'Ouzbékistan fascine par sa culture, merveilleuse alliance entre les influences musulmanes, bouddhistes et chrétiennes. Venez découvrir ce pays, sa célébrissime route de la Soie ainsi qu'un patrimoine riche, des paysages à couper le souffle et surtout, la gentillesse de ses locaux. Une chose est sûre : votre voyage sera inoubliable.

    Avant de partir

    L'Ouzbékistan est le centre névralgique d'un mélange audacieux. C'est ici que se regroupent les influences religieuses : musulmane principalement, mais aussi chrétienne et bouddhiste et plus lointaines encore, le mazdéisme et le chamanisme. C'est ici que les grands empires d'Alexandre le Grand, des Tsars ou encore de Gengis Khan se sont succédé.

    Vous ne pourrez pas rater les trois villes principales, à l'ambiance calme et reposante : Boukhara, Samarcande et Khiva. D'abord, parce que la seule et unique route principale d'Ouzbékistan relie ces trois lieux. Mais surtout parce que les trois valent largement que l'on s'y arrête. La première, Boukhara, offre la possibilité de se détendre dans un hammam, vieux du XVIème siècle et de visiter le plus vieux monument musulman au monde, le mausolée Ismaïl Samani. En son centre, la cité royale médiévale Ark jouxte le minaret Kalon. Samarcande est une étape clé de la route de la Soie. Tamerlan est passé par là. Pour un moment de détente, flânez dans les vieux quartiers, où les maisons à l'ancienne s'alignent le long des ruelles ou flânez dans les bazars. Si vous préférez une sortie culturelle, visitez le musée Afrosyab ou l'un des monuments de l'ère Timouride, comme le Gour-e-Amir, la sublime place Registan, ou la nécropole de Shah-i-Zinda. Enfin, à Khiva, vous aurez l'impression d'être hors du temps. Ville totalement fortifiée, perdue au beau milieu du désert du Kyzyl Kum, vous pourrez faire un tour du côté d'Ellik Kala, les cinquante forteresses perdues dans ce même désert, où vous pourrez monter à dos de chameau et loger dans une yourte. Dans ces trois cités historiques ouzbèkes, où l'atmosphère se prête parfaitement à une séance de méditation, vous serez ébloui par les mosquées, les madrasas et les mausolées ainsi que par les minarets et les dômes arrondis, somptueux, qui coiffent les monuments.

    Pourtant, aucune de ces trois villes n'est la capitale. C'est Tachkent. Là aussi, madrasas, musées et bazars fusionnent pour faire la capitale une ville en pleine essor.

    Si vous souhaitez vivre l'authenticité ouzbèke, ne manquez surtout pas un voyage dans le temps dans la vallée isolée de Ferghana, à l'extrémité Est. Enfermée par la chaine de montagne du Tian-Shan au Nord et celle du Pamir au Sud, vous découvrir des traditions et une vie rurale typique et authentique. C'est dans cet espace préservé que l'hospitalité ouzbèke si réputée se voit le plus. Les voyageurs sont particulièrement bien accueillis, jusqu'à ce que leur soient offerts le gîte et le couvert pendant plusieurs jours.

    En Ouzbékistan, comme un peu partout dans cette région du monde, le plaisir de flâner dans les ruelles est souvent lié aux parfums des épices émanant des étals, ainsi qu'à l'explosion de couleur des soies et des tapis. Pour en obtenir d'ailleurs, il vous faudra obtenir un certificat d'exportation, que vous pourrez aller chercher au ministère du Tourisme et de la Culture. Vous pourrez également rapporter de beaux bijoux, mais veillez à l'authenticité.

    Conseils de la rédaction

    Les zones limitrophes avec le Kirghizstan et le Tadjikistan sont fortement déconseillées. Elles sont souvent le théâtre d'incidents, liés aux tensions existantes, qui peuvent apparaître assez brusquement. Pour se rendre dans la région de Sourkhandaria, frontalière de l'Afghanistan, mieux vaut demander l'autorisation des ambassades d'Ouzbékistan à l'étranger ou au ministère des Affaires étrangères à Tachkent, qui demandent aux touristes de justifier leur voyage et leurs déplacements.

    N'oubliez pas que ce pays est principalement musulman. Veillez à ne pas porter de vêtements trop courts qui pourraient offenser la population.

    En Ouzbékistan, si vous souhaitez louer une voiture, sachez qu'il est impératif d'avoir un chauffeur.

    Ne buvez surtout pas l'eau du robinet, elle n'est pas potable.

    Pour partir, mieux vaut privilégier un voyage au printemps (de mi-mars à fin mai) durant lequel l'air est doux et où la flore se révèle. Ou bien, en automne (septembre-octobre) où vous pourrez flâner le long des stands de fruits et légumes, car c'est la pleine saison des récoltes. Cependant, si vous prévoyez de grands trekkings en montagnes, prenez vos billets pour juillet-aout.

    Ici, la cuisine ne se fait pas à l'huile d'olive mais à l'huile de coton. En tant que voyageur novice, les débuts peuvent engendrer quelques soucis de digestion, mais rassurez-vous, avec de l'entraînement, on s'y fait complètement.

    Les plus

    • +Découvrez un pays riche en histoire, longtemps isolé au sein du bloc soviétique.
    • +L'Ouzbékistan concentre de très riches sites séculaires sur les célèbres Routes de la soie, dont Samarcande était le carrefour régional.

    Les moins

    • -Les infrastructures conformes au modèle occidental commencent tout juste à se développer. Il est bon de rappeler que le pays vient de sortir de 70 ans de communisme.
    • -Il n'est pas toujours évident de voyager seul dans ce pays comme partout dans la région, si l'on n'a pas l'esprit d'aventure.
    • -L'anglais n'est pas toujours parlé.

    En images

    • Boukhara - Ouzbékistan
    • Samarcande - Ouzbékistan
    • Tachkent - Ouzbékistan
    • Les steppes - Ouzbékistan
    • Les montagnes du Pamir - Ouzbékistan

    Tradition

    Le thé en Ouzbékistan est bien plus qu'une simple boisson, c'est une institution, pour ne pas dire une religion. Servi matin, midi et soir, on ne déguste pas le thé sans effectuer tout un processus, afin de respecter les coutumes. D'abord versé dans la tasse, il est ensuite reversé dans la théière. Cette opération est répétée trois fois, et chaque fois correspond à un symbole bien précis. Le premier, c'est le loy, (argile), qui permet d'étancher la soif. Le second, le moy (la graisse), protège du froid et du danger. Enfin, le dernier, le tchaï, (thé) éteint le feu. Le service fait également partie du cérémonial. On ne sert pas le breuvage n'importe comment. Pour commencer, on n'utilise jamais la main gauche, considérée comme impure. Et on ne remplit jamais la tasse, c'est extrêmement mal vu, surtout pour celui qui la reçoit. Une tasse pleine signifierait que l'invité doit partir.

    Cuisine

    Le plat national, cuisiné tous les vendredis mais aussi lors de grandes fêtes nationales ou familiales, c'est le och. Préparé à base de viande de mouton et de riz, la recette fluctue en fonction des régions (riz bouilli, sauté, accompagné de feuilles de vignes farcies ou de pois chiches...). La viande, en Ouzbékistan, on l'aime aussi en brochette. Le chachlik est composé d'une brochette de morceaux de viande et de gras, épicée ou avec des brins de coriandre et servie des oignons. Souvent à base de mouton, vous pourrez néanmoins également manger le chachlik au poulet ou au bœuf. Enfin, dans les bazars ou dans les tchaïkhanas (cafés traditionnels) vous pourrez picorer une foule de spécialités ouzbèkes, et même ouighours ou kazakhs. Le bechbarmak est l'une des spécialités de ces derniers et consiste en de la viande bouillie, des abats, des oignons, des pâtes et des pommes de terre. Les manty et les chuchvara sont des raviolis vapeurs. Les premiers sont fourrés à la viande tandis que les seconds sont aux légumes.

    Souvenir et artisanat

    Comme un peu partout en Asie centrale, appréciez les multiples épices et aromates qui explosent de parfums et de couleurs sur les étals des bazars ou les différentes soies aux couleurs criardes, vendues souvent au mètre. Les tapis font partie intégrante du quotidien des Ouzbeks. Tous ne sont pas tissés à la main et ceux dits de Boukhara, souvent de grande qualité, proviennent en fait du Turkménistan voisin, réputé pour son savoir-faire. Normalement, pour l'achat d'un tapis, vous devez obtenir un certificat d'exportation, à retirer souvent auprès du ministère du Tourisme et de la Culture. Vous pourrez acquérir de jolis bijoux en argent, parfois surmontés de pierres précieuses, mais méfiez-vous des copies. Optez plutôt pour des bijoux parés de pierres semi-précieuses, comme les lapis-lazulis, ou tout simplement en argent ciselé. A Tachkent, la rue Khamza, derrière la place Timur, est bordée d'étals en tous genres et de petits restaurants bon marché. Les commerces sont ouverts, de 9 h à 18/19 h.

    Tous nos voyages Ouzbékistan

    Voir toutes nos offres

    Ailleurs sur la planète

    L'actu dans le monde