• Vols
  • Hôtels
  • Vol + Hôtel
  • Locations en direct
  • Voiture
  • Séjours

+

    Appel à la prudence en Tunisie

    Solène Duclos.

    Sécurité Publié le 07/02/2013 - Modifi&é le 08/02/2013

    Partager sur : Twitter Facebook Google+

    "Suite à l'assassinat de M. Chokri Belaïd et aux tensions que cet événement a causé dans diverses villes de Tunisie, il est recommandé de se tenir à l'écart de toute manifestation et de suivre les consignes dispensées sur le site de l'Ambassade de France en Tunisie." C'est par ces conseils de prudence que le Quai d'Orsay a mis à jour ses conseils aux voyageurs en Tunisie.

    Un conseil à suivre particulièrement aujourd'hui, jour de grève générale dans tout le pays - une première depuis 1978 - à l'appel de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), le principal syndicat du pays mais aussi de quatre formations de l'opposition laïque : le Front populaire, Al-Massar (gauche), le Parti républicain et Nidaa Tounes (centre).

    Les syndicats des avocats, magistrats et du parquet mais aussi les enseignants de la plus grande université du pays, la Manouba, en banlieue de Tunis, sont de leur côté en grève depuis hier.

    L'annonce par le Premier ministre tunisien Hamadi Jebali, de la dissolution de son gouvernement pour laisser place à des technocrates apolitiques, a permis un arrêt des violences mercredi soir. Mais le parti Ennahda au pouvoir a refusé jeudi matin la proposition du premier ministre. Des heurts ont donc à nouveau eu lieu jeudi dans le centre de Tunis et à Gafsa entre la police et des manifestants Des accrochages sont également à craindre ce vendredi.

    Par ailleurs, tous les vols nationaux et internationaux sont supprimés au départ et à destination des aéroports du pays. La compagnie Tunisair propose un report sans frais sur les vols du 9, 10 ou 11 février.

    L'ambassade de France a de son côté a annoncé de son côté la fermeture des écoles françaises vendredi et samedi. Et le ministère tunisien de l'Enseignement supérieur de décider la fermeture des universités de vendredi à lundi.

    Cette manifestation de grande ampleur fait suite à de nombreuses manifestations organisées à Tunis mais aussi dans de nombreuses villes dont Sidi Bouzid, Kasserine, Béja et Bizerte. Certains mouvements ont dégénéré en violence à Gafsa et Mezzouna (Sidi Bouzid) où les locaux du parti au pouvoir, Ennahda, ont été attaqués par la foule en colère" a pour sa part rapporté le Ceto, association des voyagistes français qui surveille la situation de très près.

    Les tour-opérateurs en appellent eux aussi à la prudence des vacanciers. Face au risque de débordements violents, nous rappelons qu'il convient de se tenir strictement éloigné des rassemblements et mouvement de foule" conclut le Ceto.

    Pour l'heure, la situation dans les zones touristiques reste cependant très calme. Après des manifestations à Sousse et Monastir hier, la nuit a été tranquille. Et aucune violence n'a été signalée à Djerba ou Tozeur dans le sud. Le ministère des affaires étrangère français continue d'estimer que la situation actuelle "n'interdit pas le maintien de projets de voyage en Tunisie". Exception faite du grand sud saharien du pays où, compte tenu de l'intervention française au Mali, "plus que jamais, tout déplacement est à proscrire".

    En bref : Sécurité

    Abonnez vous à la newsletter...

    ...pour recevoir toute l’actualité du voyage, les reportages, les conseils pratiques et les coups de cœur de nos 25 journalistes mais aussi nos promotions en exclusivité !

    Notre comparateur de voyage

    • Vols
    • Hôtels
    • Vol + Hôtel
    • Locations en direct
    • Voiture
    • Séjours

    +