• Vols
  • Hôtels
  • Vol + Hôtel
  • Location
  • Voiture
  • Séjours

+
    • Partager

    L'aligot - France

    © D.R. L'aligot, le plat typique de l'Aubrac

    L'aligot, le plat typique de l'Aubrac

    L'aligot était autrefois un plat de subsistance devenu peu à peu un plat de fête.

    Découvrez L'aligot

    Qu'est-ce que l'aligot ?
    Quelque chose...
    Ce met apparu en Lozère serait indéfinissable ? Non, « quelque chose » est tout simplement la traduction de la locution latine « ali quod » qui a donné son nom à ce plat.
    En l'an de grâce 590, le roi Eulalius, en conflit avec sa femme, Tétratia, ne parvient pas à résoudre le problème. L'affaire, assez banale, est cependant remise entre les mains de trois évêques qui doivent alors statuer sur le cas du roi.Les évêques d'Auvergne, du Rouergue et du Gévaudan se retrouvent alors à la jonction de leurs diocèses (tout proche de l'Aubrac) et chacun, bien campé sur son territoire, entament les négociations.
    A force de palabres et de joutes verbales, leurs trois estomacs ne tardent pas à crier famine.
    Comme chaque évêque a apporté quelques produits de son diocèse, on remet l'ensemble au buronnier avec la consigne de leur préparer un plat.
    Le buronnier se retrouve alors avec les pommes de terre de l'évêque d'Auvergne, le fromage frais (autrement dit la tome), le beurre et le lait de celui du Rouergue, l'ail (presque inconnu à l'époque) et le sel de celui du Gévaudan.
    Sachant confectionner du fromage mais peu porté sur l'art culinaire, le buronnier mélange simplement tous les ingrédients dans un seul et même chaudron, les fait chauffer et tourne régulièrement l'ensemble.
    Cette façon de cuisiner ne semble pas déplaire aux évêques qui en viennent même à se disputer les restes. A force de remuer le plat, dans lequel chacun des évèques a planté sa cuillère, le contenu se fait de plus en plus élastique et se révèle insécable.
    Y voyant la volonté de dieu, les trois religieux décident qu'il faut que cette recette soit fabriquée sur place. L'aligot devient ainsi le plat typique de l'Aubrac.
    A côté de la légende, il reste un plat qui était autrefois un plat de subsistance (devenu avec le temps un plat de fête), que les moines servaient aux pèlerins qui traversaient le massif sur la via podiensis pour se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle.

    La gastronomie