Bientôt, des voyages en jet privé pour tous ?

TransportFrance

Twitter Facebook Google+ 3 partages

Les jets privés ne sont plus l'apanage d'une élite ultra favorisée. C'est du moins l'idée que plusieurs start-ups françaises tentent de faire entrer dans la tête des voyageurs pour faire décoller un marché encore embryonnaire. Prêts pour le coavionnage?

Proposer la vente à l'unité de places à prix cassés dans des jets privés. Et ainsi démocratiser un type de voyage qui est encore, dans l'esprit du plus grand nombre, réservé à l'ultra riche. C'est l'idée que plusieurs start-ups tentent de concrétiser.

La dernière-née s'appelle Le Jet et a été lancée en avril 2015. Elle promet deux liaisons hebdomadaires Paris - Londres dès novembre, pour un prix d'appel de 490 euros hors taxe la place, quand la réservation intégrale d'un jet coûte plusieurs milliers d'euros.

Des tarifs qui restent élevés

Des tarifs qui restent élevés
© -

A ce prix, l'objectif est d'attirer les patrons de PME ou les cadres qui circulent habituellement sur des lignes régulières ou en Eurostar. Evidemment pas tous les voyageurs. 'Un train en première classe pour Londres, c'est 2h15 de trajet pour 310 euros. Nous proposons un gain de temps et de qualité pour un coût légèrement supérieur, en échappant aux problèmes de grève ou de retard', explique Christophe Ducluzeau, à l'origine de l'initiative.

Pour contourner des taxes d'aéroport trop élevées, Le Jet, qui décolle du Bourget, atterrira toutefois à Biggin Hill, à 18 km du centre-ville de Londres, puis proposera un service complémentaire de VTC. A la tête d'une entreprise de ressources humaines en Charentes, Christophe Ducluzeau expérimente son projet depuis avril sur des liaisons Cognac-Paris ou Angoulême-Paris vendues pour près de 600 euros, en jouant le rôle d'affréteur auprès de compagnies aériennes comme Valljet.

Profiter des vols retour à vide

Pour obtenir des prix compétitifs, Le Jet et Cojetage, lancé en 2011, commercialisent des places sur les vols à vide, quand un jet rentre à son aéroport de stationnement après avoir déposé un client à l'étranger. Les possibilités sont nombreuses puisque près de la moitié des jets circulent sans passager.

Pour l'usager, tout se passe sur le site internet de la start-up où il réserve un billet unique avant d'embarquer avec d'autres clients comme lui. Chez Cojetage, il n'y a ni horaires ni tarifs réguliers, il faut donc rester à l'affût pour s'acheter le Londres - Genève proposé ces derniers jours à 600 euros.

Promenade aérienne a pris accessible pour les touristes

Dernière solution, tournée cette fois vers une clientèle loisirs: le 'coavionnage'. Un pilote privé propose des places à bord de son appareil d'aviation légère contre une participation aux frais. Deux jeunes polytechniciens de 21 et 23 ans viennent de lancer Wingly sur le modèle de Blablacar pour le covoiturage. Ce service vise les passionnés d'aviation et les touristes qui pourront effectuer une promenade aérienne pour une somme allant de 20 à 130 euros.

Pour ces jeunes entreprises du numérique, l'un des enjeux sera de faire évoluer l'image du jet ou de l'avion privé associée au luxe et à la richesse exubérante. Il faudra surtout trouver rapidement un modèle économique. En proposant des places dans des avions privés, Wingly n'a par exemple pas le droit de faire payer à ses clients des frais supérieurs aux coûts de vol et reste sous la menace d'un durcissement de la législation sur le co-avionnage, une pratique que la Direction de l'aviation civile juge 'risquée'. Un nouveau modèle économique et réglementaire à construire.

(avec AFP)

R.Richard
Publié le 25/09/2015 3 partages
Twitter Facebook Google+
Top 8 des hôtels camping-car Top 8 des hôtels camping-car